• Hier, Sharon s'est pris une veste au referendum qu'il a proposé aux membres du Likoud. Mais quelle est sa valeur?

    Sharon n'est pas le seul maître à bord, et les récentes critiques au sein même de son gouvernement, sur l'aile droite du Likoud auraient du lui donner un avant-gout de sa défaite. L'erreur est d'avoir fait de ce "mini-referendum" une affaire tellement personnelle. Il semble en effet que l'idée ait germée de sa tête, du jour au lendemain, comme s'il avait eu une apparition, puisqu'il l'a sortie au moment ou personne ne l'attendait, alors que la feuille de route patinait et surtout qu'il était bien ennuyé par des scandales interieurs. Ca ressemblait donc au début à un joker, une tentative de diversion de l'opinion publique. Sharon l'a pourtant justifier en pretextant l'absence de partenaire pour négocier: la feuille de route était effectivement restée au point mort depuis le début.

    Et c'est là que c'est signé 100% pur Sharon: c'est implacable car il verrouille toute autre issue, et en même temps, ca donne l'impression qu'il lache du lest:
     - les Palestiniens ne peuvent pas refuser de récupérer Gaza et en même temps ca ressemble à un pas vers la paix.
     - cependant, en retour, une fois Gaza "libérée", on se doute bien que Sharon ne va pas se géner pour créer de nouvelles colonies à tour de bras en Cisjordanie, sans la moindre concertation ou négociation avec qui que ce soit. C'est la "politique du fait accompli", comme pour la cloture de sécurité.

    Avec ce plan, Sharon se faisait passer pour un modéré au sein du Likoud, et ouvrait même la porte aux Travaillistes pour une nouvelle coalition. De plus, les sondages nationaux ont montré qu'une majorité d'Israeliens l'approuvaient.

    Donc, pourquoi ce referendum aux allures d'auto-flagellation??
    Je vois deux explications possibles:
    1/ Sharon craint de ne plus pouvoir maitriser Gaza qui deviendrait un nouveau "bourbier irakien", un aimant à terroristes internationaux.
    2/ les conditions des Travaillistes pour entrer au gouvernement ne lui convenaient pas, et il se voyait bloqué.

    Bref, aujourd'hui, c'est l'impasse pour Arik. Les paris sont ouverts..


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique